Je déménage mon Piano

Bonjour,
Merci papa, merci maman,

Grâce à vous, j’ai pu acheter un Piano quart de queue, un Érard, plus précisément, une marque française du 19° siècle. Nous l’avons déménagé lundi 14 mars avec l’entreprise « Pianophiles » de Toulouse.

Avec mon téléphone, j’ai filmé les déménageurs dans l’action, en toute discrétion pour ne pas les perturber. Et puis, j’ai improvisé un petit accompagnement selon mes émotions du moment. C’est loin d’être de la grande musique, c’est juste ce qui venu tout seul…

 

Cette vidéo est courte : je voulais partager ce déménagement avec vous, ce moment émotion où l’instrument est sans dessus-dessous, jusqu’à ce qu’il retrouve son état normal. Tout ce mouvement, ça donne envie de le scruter de fond en comble et de l’ouvrir en grand. Dans une prochaine vidéo, promis, je vous montrerai l’intérieur. Et peut-être que l’on y verra Grisouille faire l’aristochat …

En attendant, regardez le registre des archives :

Capture d’écran 2016-03-23 à 12.21.14
Grâce à son numéro de série, j’y ai trouvé certaines informations :
Madame Gerschell l’a acheté le 11 janvier 1907.
Et le piano est sorti de l’atelier le 27 décembre 1906.

C’est un piano qui a une âme d’un siècle !

Érard a longtemps fabriqué ses propres mécaniques de piano, facilement reconnaissables aux manches de marteaux en fourche.
Ces mécaniques sont réputées délicates à régler.

D’ailleurs, je ne sais pas si l’accordeur gardera un bon souvenir de mon piano car il est difficile à accorder : la table d’harmonie a beaucoup travaillé, les chevilles aussi. Alors pour tourner les chevilles fixées dans le bois, c’est devenu très très délicat…

Beaucoup de gens se demandent pourquoi je ne m’achète pas un piano moderne plus puissant et perfectionné… Tout simplement,  je n’en ai pas les moyens, celui-ci est beaucoup moins cher. Mais surtout, il me plaît ! Et c’est ce que je leur répond.

Quand vous achetez un instrument, n’écoutez pas votre raison (ou seulement pour le côté finance), écoutez plutôt vos sentiments. Si le piano que vous êtes en train d’essayer vous donne envie de jouer en nuances, achetez-le, c’est qu’il est fait pour vous.
Quand je pose mes doigts sur les touches de cet Érard, il répond à mes gestes, à mes intentions.
Il est sensible, léger, avec sa mécanique bien spécifique à cette marque. Et c’est ce que j’aime. Je suis une personne aérienne, et ce piano l’est également.

Et en plus il a de très bonnes basses suffisamment puissantes.

C’est tout cela qui fait que lorsque je ai vu ce quart de queue, j’ai voulu jouer du ré Majeur : j’étais joyeuse, comme un matin où l’on se lève du bon pied, et qu’il fait grand soleil.

Et puis, une fois que la décision a été prise de l’acheter, très vite, je dois dire, c’est du fa Majeur qui m’est venu : comme je le dis dans la vidéo, c’est pour moi la tonalité de la satisfaction, plus posée que ré Majeur. En fait, ré Majeur est énergique et un brin excité, tandis que Fa Majeur est plus doux et puissant.

Mais tout cela n’est que subjectif …

Et vous, avez-vous parfois des envies de tonalité ?
Avez-vous une note qui revient souvent sous vos doigts ?
Trouvez-vous que certains sons expriment des émotions ?
Dites-le moi dans un commentaire, juste là, en-dessous.

Dites-moi quelles sont les notes et les émotions qui vous viennent instinctivement quand vous jouez sur un nouveau piano ?

Laissez votre commentaire tout en bas de la page

 

 

 

 

Cet article t'a plu ?
Abonne-toi au blog lalalapiano, et...

"COMMENT BIEN CHOISIR MA MÉTHODE DE PIANO"
GRATUIT

Je te dis tout sur :
Comment trouver facilement des morceaux de ton niveau
Quel est ton style d'apprentissage
Comment développer ton interprétation

* Ton adresse mail ne sera jamais révélée à qui que ce soit. Tu recevras  gratuitement mes articles, vidéos et autres supports pour t'aider à t'améliorer au piano. Je suis seule à tenir ce blog et t'enverrai de temps en temps mes propositions commerciales pour m'aider à vivre de mon travail.