Conseil pour lire les notes de piano en solfège
Lecture à vue

Conseil pour lire les notes de piano en solfège

Chaque année, 3 fois par semaine, des enfants et adultes pianistes prennent le chemin du conservatoire pour apprendre le solfège.

  • Le solfège est-il obligatoire pour jouer du piano ?
  • Doit-il s’apprendre dans la douleur ou le plaisir ?
  • Comment apprendre les bases du solfège ?

Est-ce difficile d’apprendre le solfège ?

Prenons l’exemple du conservatoire :
Que font ces pianistes en herbe concrètement dans les conservatoires? 

Les pianistes n’ont pas uniquement des cours de piano, il ont :

Comment apprendre le solfège sans dégoûter son enfant

  • 1 cours de piano/semaine
  • 2 cours de formation musicale /semaine

Et oui ! Deux cours de piano par semaine.
Ça fait 2 déplacements par semaine rien que pour apprendre à lire les partitions et à développer son oreille musicale.

Je pense que sur la totalité des élèves, il doit y avoir à peu près 1% des élèves qui aiment le solfège.

D’ailleurs, on ne dit plus solfège mais formation musicale parce que le mot « solfège » est devenu un « gros mot ».

Tellement d’élèves ont été dégoûtés du solfège, (dont moi, j’ai fait 12 ans de solfège. Et j’ai commencé à l’aimer seulement à partir de la 10ème année !)

La première année de solfège, c’est comme avaler un dictionnaire avant d’avoir le droit de parler. 

Caroline Chevalier

Le pire, c’est la première année :
On apprend aux enfants à lire et écrire la musique sans pourvoir jouer de son instrument, sans avoir le droit de prendre des cours d’instrument, pour mieux entrer dans la théorie. 

Comment apprendre le solfège facilement ?

Oui, apprendre à lire le solfège est nécessaire.

C’est la porte d’accès à toutes les grandes musique : Chopin, Debussy, Mozart, Et même Einaudi, Yann Tiersen, etc…

Et ce n’est pas facile.

Mais de là à déconnecter la théorie de la pratique, c’est anti-pédagogique.

Je vous donne ici la clé pour faire que le solfège et la lecture de notes devienne facile.

La meilleure pédagogie pour le solfège

Chaque élève fonctionne différemment et les profs doivent expliquer de manières différentes s’ils veulent toucher le coeur de leurs élèves.
Si tu veux des élèves motivés et savants, il faut parler leur langage !

Cela vaut aussi pour toi qui n’est pas prof, et qui veut apprendre le solfège !

En gros, si je schématise, il y a 4 grands profils d’apprentissage :

  • Il y a ceux qui ont besoin du pourquoi : Pourquoi j’ai besoin de savoir ? A quoi cela va me servir dans la vraie vie.
    Ceux-là ne mémoriseront rien tant qu’ils n’ont pas le lien avec le pourquoi. (Ce mode est souvent pour les têtes de classe ou les cancres qui ne peuvent pas s’empêcher de demander pourquoi ou qui ont abandonné et se blottissent près du chauffage ou de la fenêtre pour passer le temps si on ne leur donne pas le pourquoi)
  • Il y a ceux qui ont besoin de la théorie : les concepts sont ce qu’il y a de plus important pour eux. Il y a une logique dans le solfège. Et s’ils comprennent le concept, la logique, alors tout devient plus facile.
    (C’est le mode préféré des enseignants : c’est ce qu’on appelle le mode scolaire)
  • Ensuite il y les élèves qui ont besoin de pratiquer. Dès qu’ils ont un savoir ou un concept, il faut qu’ils l’utilisent tout de suite sur leur instrument. C’est mon mode d’enseignement le plus utilisé en cours à domicile (car j’ai récupéré tous les élèves non-scolaire qui étaient dégoûtés car assis sur une chaise pendant 1h, c’est abusé ! )
  • Enfin, il y a ceux qui ont besoin d’expérimentation. C’est la méthode souvent utilisée en SVT. On fait des expériences puis on en tire des conclusions. C’est aussi ceux qui ne réfléchissent pas avant d’agir, ils foncent en mode tête brûlée pour se confronter directement aux problèmes. Ce n’est ni bien ni mal, c’est une manière d’apprendre. Elle fonctionne tout aussi bien que les autres.
    Elle est mal perçue parce qu’elle donne des erreurs.

D’une manière générale, une seule méthode ne se suffit pas à elle-même.
Mais elle permet de se sentir bien dans ses pompes pour apprendre.

Si tu utilises ces 4 modes d’apprentissage, en tant que prof, tu n’auras pas d’élèves dégoûtés.

Voilà pourquoi je n’ai jamais voulu enseigner au conservatoire, je ne voulais pas participer à ce dégoût pour la musique. J’applique le principe « ne fais pas à autrui ce que tu ne voudrais pas qu’on te fasse à toi-même ».

Surtout que c’est possible d’enseigner le solfège et l’instrument en même temps ! De nombreux excellents profs le font en cours particulier. 

Mais dans les conservatoires, les places sont rares en piano et les adultes comme les enfants se battent pour y entrer… donc, une fois qu’on y est, on se laisse faire par le système même si le désespoir du solfège est là.

Je ne parlerai pas ici de la pression qu’ont les élèves…si ce sujet vous intéresse, vous pouvez lire le livre de Murielle Radault L’enseignement du solfège en Conservatoire. ed Yves Michel

Est-ce difficile d’apprendre la théorie musicale ?

Remettons le solfège à sa juste place pour éviter de faire 8 ans de solfège pour rien.

Harmonie et interprétation

La partition musicale est là pour aider la musicienne et le musicien, pour l’aider dans son interprétation. Et le solfège est utile pour aider à décrypter la partition, mais aussi pour développer l’écoute, comprendre l’harmonie, et développer nos émotions musicales…
Est-on obligé de le déconnecter de la pratique instrumentale ? 

En fait, pour obtenir le même résultat que 8 années de solfège, il faudrait étudier le rythme, la mélodie et l’harmonie à travers votre répertoire musical, tout simplement. 

Evidemment, cela ne se fait pas en regardant des tutos sur youtube, il vous faut un prof, motivé pour allier la théorie et la pratique dans chaque cours… car il y a quand même pas mal de chose à voir : 

Rien que pour la mélodie par exemple, il y a toutes les notes étrangères : broderie, appoggiature, note de passage, trilles, échappée…

Mais le plus important reste l’harmonie car comprendre l’harmonie, c’est comprendre le discours musical du morceau, et c’est indispensable pour interpréter. 

Ne faîtes pas 8 années de solfège pour rien !

Théorie musicale

Si vous faîtes partie des 1% d’élèves qui adorent le solfège, allez-y, foncez, inscrivez-vous dans une classe de solfège soit au conservatoire ou en école de musique. 

Mais si comme moi vous avez plutôt envie de pratiquer sans pression et sans ingurgiter un dictionnaire déconnecté des émotions, alors pratiquez la lecture à vue.

Je ne suis pas contre le solfège. D’ailleurs je l’aime à présent.
Après mes 10 ans de conservatoire, j’ai enfin compris le sens et son utilité dans ma pratique au piano tout en gardant mes émotions.
(Pour celles qui veulent savoir, je suis du profil n°1 : j’aime comprendre le pourquoi avant de commencer)

Mais il y a un autre moyen de pratiquer le solfège quand on n’aime pas particulièrement ça, ou bien, quand on n’a pas rencontré le prof qui nous explique d’une façon qui nous va,

il s’agit de la lecture à vue, mais pratiquée d’une manière intelligente. 

Je vais vous faire économiser 8 années de solfège obligatoire

Et en plus vous allez vous amuser et jouer du piano. 

Méthode de lecture à vue spéciale débutants.

La lecture à vue c’est jouer une partition une seule fois, sans l’avoir jouée auparavant. La seule chose qui soit autorisée en lecture à vue, c’est de se préparer en lisant la partition, sans jouer sur le clavier. 

Et tout le secret est là, dans la préparation. 
La lecture à vue est jeu très excitant parce qu’on lit de la musique, tout en essayant de l’interpréter immédiatement. 

La lecture à vue enlève tout le côté laborieux du déchiffrage pour nous faire entrer directement dans la musique.

En se préparant, on étudie la rythmique (la phrase métrique), que ce soit du binaire ou du ternaire, il faut savoir où mettre l’impulsion. 
On étudie la mélodie, pour savoir comment la phraser et pour apprendre à lire plus vite, car en relevant les récurrence, on lit par blocs au lieu de lire toutes les notes. 
L’harmonie est elle aussi dans la préparation en commençant par regarder l’armure, la tonalité du morceau, le rythme harmonique et enfin le chemin harmonique. 

Comment lire les notes sur une partition ?

Avant de commencer, voilà ce que tu dois savoir :

Solfège et Piano : les 9 connaissances de base

  1. Le nom des notes
  2. La position des notes sur le piano
  3. La position des notes sur la portée
  4. Ce que veut dire Aigu et Grave
  5. La clé de sol et la clé de fa
  6. Les dièses, les bémols et les bécarres
  7. Les doigtés
  8. Les rythmes (voir mon jeu de cartes)
  9. Les barres de mesures et les reprises

Si tu veux les réponses à ces questions, parcours cette page de l’excellent site apprendrelesolfège.com

Mais très vite, tu vas avoir un blocage.

Tu sauras tout ce qu’il faut savoir, mais tu ne liras pas aussi vite que tu peux jouer !

Et ce sera super frustrant.

Lire sa partition plus vite avec la lecture à vue  😍

La lecture à vue, c’est assez difficile au début, quand on ne l’a jamais pratiquée, mais au bout de quelques semaines, on fait des progrès extraordinaires en lecture, en compréhension musicale et en interprétation. 

Le plus gros défaut des pianistes qui ne savent pas pratiquer la lecture à vue, c’est qu’ils veulent tout lire et s’arrêter quand ils ont faire une fausse note, pour la corriger, mais ce n’est pas possible. 

C’est un défaut que j’ai eu à mes débuts aussi, parce que c’est tentant de jouer à la perfection. 

Pour réussir à aller jusqu’au bout d’un morceau sans s’arrêter et ainsi gagner en fluidité, la solution est de jouer avec une accompagnatrice, de telle sorte, que vous êtes obligée de suivre la rythmique du morceau. 

Il n’y a que comme ça au début qu’on arrive à lire plus vite et mieux la musique. 

J’accompagne mes élèves pendant les cours en jouant des 4 mains, il n’y a pas meilleur que les 4 mains pour pratiquer la lecture à vue et ainsi travailler son solfège directement intégré dans la musique. 

Je peux t’accompagner toi aussi, si tu le souhaites.
Tu peux venir rejoindre mes élèves dans ma formation de lecture rapide au piano en cliquant sur le lien bleu.

Conclusion

Il n’y a pas de meilleure façon d’apprendre à lire les partitions que ta façon à toi. 

Les 4 manières d’apprendre vues dans l’article sont complémentaires et donc nécessaires. 

Mais il y en a certainement une avec laquelle tu es plus à l’aise.

C’est par celle-ci que tu dois commencer, pour toujours rester détendue dans ton apprentissage.

Une fois que tu as dégrossi le travail, alors tu peux utiliser les autres méthodes, cela te permettra de t’améliorer sans te stresser. 

Maintenant j’ai une question pour toi :
Imagine un instant que tu soit prof de piano…

Une de tes élèves veut apprendre à lire une partition.

☀️ Comment t’y prendrais-tu ?

  • 1-  Commencerais-tu par motiver ton élève ?
    En lui expliquant pourquoi c’est important de lire une partition.
    A quoi cela va lui servir dans sa vie de pianiste.
  • 2-  Ou tu lui expliques sous la forme théorique :
    Le fonctionnement d’une partition (la tonalité, les dièses, les bémols, les lignes supplémentaires, le nom des notes…)
  • 3-  Ou encore, détaillerais-tu les étapes pratiques une à une ?
    Visualiser le clavier, montrer les doigtés sur la partition, montrer où tombe la synchronisation des 2 mains sur la partition…
  • 4-  Ou bien tu lui dis de commencer à prendre sa partition devant elle et donne des conseils au fur et à mesure de l’action ? 

Ecris-moi ta réponse dans un commentaire juste en dessous :

Cet article a 28 commentaires

  1. Bitter

    Merci Caro de nous pousser en face du miroir. Si je suis bien honnête, pour moi le 2 est important j’ai besoin d’assises pour me sécuriser, d’ailleurs ma prof disait souvent (je n’en ai plus depuis la pandémie) que j’intellectualisais trop. Ensuite le 3 pratiquement en parallèle.

    1. C’est vrai qu’en étant adulte on a tendance à trop intellectualiser.
      Mais si cela te rassure, tu dois le prendre en compte.
      Par ex quand tu fais ta lecture à vue, prends bien le temps d’intellectualiser avant de jouer.
      Mais au moment où tu te lances, lâche tout! Ne pense plus à rien sinon à la musique et à tes émotions.

  2. Fabienne

    Bonjour Caroline,

    Pour moi, le 1 et le 3, puis le 2.

  3. Dan

    Bonjour Caro,

    Pour moi c’est la 1, 3 et la 4

  4. jean-claude DAVENNE

    Je dirais la numéro 4,
    peut-être parce que je veux « toujours aller plus vite que la musique » ?
    parce qu’ensuite je suis obligé de redécortiquer la partition.

    1. Du moment que tu fais les 4 étapes, l’ordre n’a pas d’importance.
      Tu es un homme d’action et c’est probablement ta meilleure qualité

  5. HAMID

    merci caro pour ces efforts pour moi 1je commence a motiver mon eleve en lui expliquant l importance de la partition 2 je lui explique le fonctionnement d une partition3 visualiser le clavier montrer les doigtes sur la partition

Écris ton commentaire ici :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.