Un mythe qui vous empêche d’improviser au piano

Bonjour c’est Caro ! 🎶 🎵 

Pour vous prouver que l’impro c’est accessible à tout le monde, même aux grands débutants en piano, même quand on a passer l’âge de l’apprentissage*, je vous ai fait avec Théo une deuxième vidéo sur l’impro facile à 4 mains.  
Mais avant cela, je vais vous raconter la petite histoire de Théo:

Au mois d’août dernier, un lycéen m’a envoyé un mail pour me dire qu’il aimerait apprendre le piano. Il ne m’a pas parlé de partitions, ni d’apprendre à l’oreille, il a juste parlé des morceaux qu’il aimerait apprendre. 
C’est un jeune adulte alors il sait que cela va demander de la patience d’apprendre le piano. 
Il sait aussi qu’il devra acheter un instrument (il l’aura pour Noël🎄)
Mais là n’est pas la question….

Il me fait confiance pour l’apprentissage du piano
Quand il me voit jouer toutes les partitions d’un seul coup d’oeil (c’est de la lecture à vue) et qu’il m’entend aussi bien reprendre d’oreille les morceaux qu’il me montre sur youtube, il sait qu’il peut me faire confiance sur ce que je lui dis de faire. 

Je lui apprends les doigtés, le phrasé, les enchaînements, et après… j’arrête. 

Je ne dis plus rien.

Je ne fais plus rien.

Sauf jouer avec lui….

Pour profiter de la musique, 

et de l’émotion.

Car nous le méritons ! Tout le monde mérite de profiter des émotions de la musique. 

Pour profiter des émotions de la musique, j’ai trouvé le truc :

C’est quand on joue ensemble que l’on commence à improviser.Cela ne pourrait pas arriver si je poussais Théo à apprendre plus.
Apprendre + de morceaux, + de notes, + de gammes, + de partitions…

Il peut improviser car je lui laisse le temps.

Le mythe le plus répandu : 

« Vous ne savez pas improviser » 
J’entends cette phrase tellement souvent…D’ailleurs je l’ai dite moi même à l’époque où je sortais du conservatoire et où on m’avait tellement bourré le crâne de Chopin et Schumann que j’étais en surdose.

Oui, ça peut arriver une surdose de Chopin 😉 
Vous croyez que vous ne savez pas improviser et vous avez sans doute raison au moment présent où vous le dites. Mais ce n’est pas immuable. 
Vous pouvez changer cette croyance car l’impro n’est pas si terrible que ça ! 
Selon moi, il y a 7 raisons qui freinent votre élan vers l’improvisation : 

Raison 1/ Vous n’êtes pas capable d’improviser

« Je ne suis pas capable » est une phrase que l’on se dit quand on a déjà essayé et que ça n’a pas marché. 
Les premières fois où j’ai voulu improviser, je trouvais que ce que je faisais était nul, voire archi nul. J’aimais bien dire ce mot, en insistant bien sur le son « uuuuuu » pour qu’il soit bien aigü et qu’il dure longtemps 😀

Donc je me jugeais. 
Or le jugement n’est pas du tout utile pour apprendre. Le jugement fixe les choses. Alors que apprendre demande d’évoluer, de provoquer des changements en soi.
Alors, sachez accepter les fausses notes, qui sont autant de permissions à aller vers l’inconnu, comme on le fait avec Théo dans les 2 vidéos.

Raison 2/ Si improviser était un don, je n’aurais pas été capable d’…
apprendre à le faire. Or je l’ai fait, à la flûte, au piano, à la batterie. J’ai appris à improviser.Par contre, demandez-moi d’inventer une histoire à raconter à l’oral, j’en suis incapable. Mais si j’apprenais, si je prenais du temps de le faire, je suis sûre que j’en deviendrais capable.
ça a marché pour le piano, ça marche aussi pour des histoires.
Et comme ça a marché pour moi, ça marchera forcément pour vous aussi.
Il suffit juste de prendre le temps de le faire.

Raison 3/ Lire des partitions freine l’improvisation
Pour démarrer l’impro, il faut savoir une chose : la partition d’un morceau ne va pas vous aider à improviser, au contraire. Une partition fige les notes. Ce n’est pas mal ou bien.C’est son rôle.
La partition a un rôle de mémoire. L’improvisation au contraire a un rôle de création.
Les deux provoquent des émotions, mais le moyen est différent.
Pour improviser, il faut savoir lâcher la partition, ou à la limite prendre un résumé de partition (par exemple une grille d’accords)
Alors, prenez le temps de lâcher vos partitions quelques minutes de temps en temps

Raison 4/ Jouer seule dans son coin freine l’improvisation
Mes premières impros tournaient en rond, je ne savais pas quoi faire. Mais dès que je jouais avec d’autres musiciennes, les idées fusaient, et je me lâchais…Pourquoi ? 
Quand on joue seule, on aime être guidée. C’est pour cette raison que tant de pianistes lisent les partitions. Car les partitions nous guident. D’autres compositrices ont écrit de superbes morceaux, pourquoi s’en priver ? 
Alors, faîtes comme Théo, téléphonez à une personne qui aime le piano et jouez un 4 mains avec elle !

Raison 5/ Jouer à plusieurs freine l’improvisation
Avez-vous déjà essayé d’improviser avec quelqu’un ?

C’est super dur ! 

Vous vous livrez complètement, vous devenez vulnérable, déshabillée, tout nu…
Vous avez peur d’être jugée, peut-être même peur que ce que vous jouez n’intéresse pas les autres, qu’ils ne ressentent aucune émotion.

Cela arrive si on on pense aux autres, mais si on pense à la musique, que l’on se concentre sur le point de départ et sur le point d’arrivée, cela n’arrive plus…

Concentrez-vous sur la musique sans jugement aucun

Raison 6/ Commencer jeune freine l’improvisation
Les jeunes enfants ont l’habitude de faire ce que les adultes disent. Les adultes ont l’expérience, ils savent. Alors les enfants d’habituent à suivre l’exemple. 

Si je leur demande d’improviser, ils sont perdus, ils n’ont plus d’exemples ! 
Ils veulent juste que je leur montre quoi faire. 

Pourtant, s’ils savent écouter leur intuition pour choisir une glace à la fraise ou à la vanille, ils sont aussi capables de choisir entre un do ou un ré pour créer du plaisir ! 

Laissons aux enfants un peu de liberté quand elles jouent au piano. Si elles veulent jouer pendant un quart d’heure do ré mi, laissons les faire, car en faisant cela elles apprennent à écouter leur ressenti. 

Raison 7/ Commencer tard freine l’improvisation
Si les enfants sont connectées à leur ressenti, c’est parfois plus difficile quand on est adulte, n’est-ce pas ?
Vous pensez qu’il faut commencer jeune pour improviser. Mais ce n’est pas si évident. En fait, plus on avance en âge et plus on sait ce que l’on veut. 

C’est le bénéfice de l’expérience. Commencer l’improvisation à l’âge de la retraite peut être un avantage, car à cet âge là, vous le faîtes pour vous, parce que vous êtes vraiment motivée ! 

Vous avez passé toute votre vie à faire des choses et maintenant, vous n’avez plus de temps à perdre si ce n’est pour le plaisir. 

Il n’y pas d’âge pour se faire plaisir avec l’improvisation

Dernier Mythe : 

Improviser est un don
Comme la lecture de partition, l’improvisation est une capacité, pas un don. Le talent, c’est d’avoir décidé de s’y mettre et de s’y accrocher. De ne penser plus qu’à ça quand vous le faîtes, sans vous laisser disperser par ce que pensent les autres ou par des croyances qui sont fausses. 
Improviser demande une dose de courage, de laisser aller mais surtout de capacité à accepter le vide. Car sans partition et sans guide, vous sentez comme une page blanche devant vous.

Une fois passées les premières notes, un dessin se forme pour bientôt raconter une histoire. Et même s’il y a des ratés, il y a de l’émotion !!
Alors, allez chercher vos émotions fortes avec le piano, laissez-vous allez, franchissez ce petit moment de vide qui ne va pas durer et laissez votre expression raconter ce qu’elle a à raconter : émotions garanties ! 

* il n’y a pas d’âge pour l’apprentissage, on est bien d’accord.

Théo est débutant et je l’accompagne
Au clair de la lune revisité !

Après tout ça, je suis curieuse …dîtes-moi : pour vous, quel est votre plus grand frein à l’improvisation ? 😍
Dîtes-le moi simplement en mettant un commentaire sous cet article, cela m’aidera à être plus connue !