PIANO : les 7 solutions aux 7 mauvais réflexes en lecture à vue

« Quand je joue, on ne reconnait rien du tout, ça ne ressemble pas à l’original ! Soit je suis nulle ou bien cette partition est vraiment mal écrite ! »

Alors, oui, ça arrive qu’une partition soit mal écrite, d’ailleurs elles peuvent être mal écrites de plusieurs façons :

  • c’est écrit trop petit (les notes s’écrasent les unes sur les autres)
  • les sauts à la ligne ne respectent pas la carrure du morceau ce qui empêche de mémoriser 
  • l’arrangement ne coule pas sous les doigts

C’est un peu à ça d’ailleurs qu’on reconnait un compositeur de talent : quand la musique coule sous les doigts, on dit que l’écriture est »pianistique », c’est à dire qu’elle correspond tout à fait au jeu du pianiste : les mouvements sont agréables à exécuter et à la fois très mélodieux. 

Les bons compositeurs
Un bon compositeur sait manier les deux. Regarde Liszt, DebussyEinaudi et Tiersen. (On pourrait aussi les appeler par leur petit nom, ça nous rapprocherait d’eux : Franz, Claude, Ludovico et Yann).
Allez, je la refais, ça vaut le coup de se donner l’air plus intime…
Regarde Franz, Claude, Ludovico et Yann, ils savent exactement ce qui sonne et ce qui coule sous les doigts ! 

 Quand tu découvres une partition pour la première fois, la seule chose que tu souhaites c’est de reconnaître le morceau que tu aimes. La plupart du temps, tu regardes le début, tu te mets à jouer, puis…peut-être que tu fais ces quelques erreurs : 

/ Erreur 1
Tu oublies quelques # ou bémols

Tu joues une bonne partie du morceau puis, à un moment donné, cela sonne faux, horriblement faux. Il ne te faut pas beaucoup de temps pour découvrir qu’il manque une touche noire. Moi-même cela m’arrive encore sur le mi# (justement parce que ce n’est pas une touche noire, et je suis obligée de retracer la gamme pour me la mettre dans les doigts)
Mais en attendant, cela te freine, cela te coupe dans ton élan !
Tu te dis alors que la prochaine fois, tu essaieras d’y penser, à ce fameux bémol ! 

La première chose à faire
La première chose à faire quand on découvre une partition, c’est de regarder l’armure pour voir à l’avance quelles vont être les touches noires à jouer. Mais si tu ne fais que regarder, cela n’enlèvera pas le problème. 

Es-tu de profil visuel, auditif ou plutôt tactile ? 
Selon ton profil, ajoute un sens à ta préparation :
– Regarde partout dans la partition où seront joués les bémols et les dièses
– joue la série de bémols ou de dièse avant de commencer
– écris en petit et au crayon effaçable quelques bémols ou dièses (seulement ceux pour lesquels tu n’as pas encore l’habitude 😍et tu les effaceras ensuite).
– Joue la gamme ou le pentacorde selon ton niveau pour avoir les empreintes des touches noires dans les doigts.
C’est ce que je fais parce que je suis d’un profil kinesthésique dominant (= tactile), alors j’ai besoin d’être guidée par mes doigts et que mes doigts connaissent le chemin à emprunter de façon automatique. Mes doigts sont reliés directement à mon coeur ❤️  . 

Et pour mieux ressentir la géographie du clavier, je m’arrête un peu plus longtemps sur ce mi # justement, pour bien prendre le temps de l’imprimer fort fort fort dans mes doigts.

/ Erreur 2
Tu butes aux changements d’accords et aux barres de mesure


Quand tu lis des partitions, ce n’est pas comme si tu jouais d’oreille. 
A l’oreille tu peux te concentrer uniquement sur l’emplacement de tes doigts et sur la mémorisation. Tu ralentis aussi pour les changements d’accords, mais tu n’as aucun problème pour passer les barres de mesures puisque tu ne les vois pas !
Cela dit, le changements d’accords se font plus facilement puisque tu n’as que ça à penser.
Et avec les partitions, tu peux aller plus loin plus vite, mais par contre, beaucoup plus d’informations sont à traiter tout de suite. C’est donc normal d’hésiter davantage aux changements d’accords ou aux barres de mesure. 

Lire en avance
Ce qui te manque c’est l’anticipation. Tous les grands pianistes la pratiquent instinctivement. 
Je suis sûre que tu as déjà entendu un prof de piano dire « il faut anticiper ».
C’est vraiment la clé pour tout bon pianiste qui a un jeu fluide.
Je sais que c’est très très difficile de regarder en avance parce qu’il faut dissocier le son que l’on entend de la mécanique des doigts. 
Quand tu marches, tu ne regardes pas que tes pieds, tu regardes surtout devant toi, le chemin à prendre et ses éventuels obstacles.
Lire une partition c’est exactement comme marcher.Tu regardes à la fois ce que tu joues et en même temps vers où tu vas (la mesure suivante, la cadence, la reprise, etc…)

J’ai réalisé une formation spécifique pour ça qui s’appelle la lecture à vue au piano -> plus d’infos ici 

/ Erreur 3 
Essayer de lire en avance en allant trop vite

Lire en avance demande un grand entraînement, c’est un travail sur le long terme. En le faisant un peu tous les jours, pendant 5 à 10 minutes, d’ici 2 mois, tu auras déjà beaucoup progressé et te sentiras vraiment plus à l’aise. 
Mais si aujourd’hui tu butes encore, c’est que ton tempo est trop rapide. Je sais c’est difficile d’aller lentement quand on a déjà la musique en tête, cela demande un effort considérable. Cela demande un état d’esprit différent auquel l’artiste voudrait échapper. J’ai fait toute une masterclasse privée pendant une heure sur le sujet tellement il y à dire. 
Donc, même si la musique n’a pas bon goût quand tu joues lentement, même si tu te sens déconnectée de la musique en le faisant, il faut que tu joues en mode tortue car c’est la seule manière de donner la possibilité à ton cerveau d’anticiper. 

Fais-lui un cadeau à ton morceau :

Donne-lui 15 minutes de ton temps pour installer la bonne méthode de déchiffrage : suffisamment lentement pour anticiper !

/ Erreur 4 
tu essaies de lire en avance en gardant toutes les notes

J’ai connu une élève à mes débuts qui déchiffrait très vite, mais qui massacrait le morceau, on ne comprenait vraiment rien du tout à ce qu’elle jouait. 
Mais en même temps, elle se faisait plaisir, elle entrait dans la musique, et faisait comme un scan de l’entièreté de la partition. 
Ce n’est pas ce que je recommande, mais ce n’est pas loin :

Alléger la partition tout en jouant

En lecture à vue, je joue à la vitesse finale en enlevant quelques notes et en trichant. 
Et le point important c’est que la lecture à vue nécessite de rester toujours en rythme : c’est là la différence avec l’élève qui jouait sans qu’on reconnaisse le morceau.
En lecture à vue, tu « scannes » la partition dans son ensemble, en gardant le rythme, mais en supprimant quelques difficultés. 
Il faut un bon sens de l’analyse pour réaliser cette performance car il faut réussir à choisir quelles sont les notes essentielles à garder, aussi bien dans l’harmonie que dans la mélodie. 
J’ai réalisé une formation spécifique pour ça qui s’appelle la lecture à vue au piano -> plus d’infos ici 

/ Erreur 5 
Regarder ses doigts, puis la partition, puis les doigts, puis la partition.


En faisant cela, ton cerveau devient agité, mais surtout tu perds du temps à remuer la tête en haut et en bas sans arrêt. A cause de cela, impossible d’anticiper aussi bien qu’en regardant uniquement la partition.
Si tu as peur de rater tes notes, c’est que tes doigts bougent inutilement.

Observe les grands pianistes comme ils sont très économes dans le mouvement de leurs doigts et ne les bougent que lorsque c’est nécessaire. Pour toi, il s’agit d’avoir un certain contrôle pour que tes doigts arrêtent de faire des pirouettes dans tous les sens.
Maintenant tu peux t’entraîner à résoudre ce problème assez facilement. Les résultats ne seront pas immédiats, alors je te conseille de commencer dès maintenant.

Mettre un foulard sur les mains pour s’empêcher de regarder :


– Joue tes exercices sans regarder la main (par exemple la gamme de do majeur avec le passage du pouce) Fais-le d’abord mains séparées puis mains ensembles.
– Ecris sur tes partitions les endroits où il est indispensable que tu regardes tes mains (les grands déplacements). Et le reste du temps, oblige-toi à ne pas le regarder. Pour cela, je dessine des lunettes sur la partition aux endroits où j’ai des déplacements.

/ Erreur 6 
Lire toutes les notes

En fait, ce n’est pas simplement une mauvaise chose, c’est surtout quelque chose d’impossible ! Lire instantanément toutes les notes des deux mains, ce sera peut-être possible dans vos 10 premières lectures à vues, mais dès que tu as des accords, alors ce n’est plus possible du tout.
C’est un réflexe de perfectionniste et en lecture à vue, on doit porter le costume du tricheur, de l’audacieuse, de la personne qui va à l’essentiel !
Pour apprendre l’audace, il te faut quelques pré-requis, alors pratique au minimum ces deux exercices :

2 exercices :

– Lis la partition dans ta tête et dès qu’il y a des accords, ne joue que les extrêmes : la note la plus aigüe à la main droite et la note la plus grave à la main gauche

– Lis la partition dans ta tête et dès qu’il y a une montée ou une descente, ne lis que la première et la dernière note, tant pis si les notes du milieu sont fausses.

/ Erreur 7
Lire les accords de haut en bas

Quand tu lis les notes de haut en bas au lieux de bas en haut, tu ne te sers pas du tout de la théorie et de la logique de la musique.
Au conservatoire, les professeurs habituent tout de suite les élèves à lire l’harmonie de bas en haut pour une bonne raison. Elle nous donne la position de l’accord. Et c’est important parce que c’est ce qui sonne fort dans l’oreille. Si tu dis de bas en haut ré fa la , tu as un accord de ré mineur, mais si tu dis la fa ré, de haut en bas, tu dois le retourner pour que ton mental sache que ce n’est pas un renversement mais bien l’état fondamental. Et ça change la couleur du morceau. C’est indispensable de bien écouter la couleur pour l’interprétation.

3 exercices expert :

– Quand tu travailles tes exercices, tes accords plus particulièrement, pense à les renverser en disant le nom des notes de bas en haut pour bien t’habituer, cela te fera gagner du temps pour apprendre l’harmonie
– Puis apprends à jouer en mode automatique tous les renversements de tous les accords. Le mieux est de pratiquer le même doigté pour chaque empreinte de main semblable. Personnellement, j’utilise 135 – 125 – 135 car ma main est assez petite.
Pour une grande main, c’est souvent, 124 – 125 – 124. Le but est que l’empreinte de l’accord soit inscrit dans la forme de ta main et dans ton cerveau pour pouvoir le retrouver facilement.
– De plus, entraine-toi à repérer les accords de chaque mesure en lisant les notes et en reconstituant les accords. Cela améliorera ta logique de synthèse et t’aidera à passer beaucoup plus vite à la mesure suivante.

Pour rejoindre les autres membres pianistes de la lecture à vue, j’ai créé une formation spécifique qui s’appelle la lecture à vue au piano -> plus d’infos ici  [Garantie 7 jours satisfait ou remboursé]

Cet article t'a plu ?
Abonne-toi au blog lalalapiano, et...

"COMMENT BIEN CHOISIR MA MÉTHODE DE PIANO"
GRATUIT

Je te dis tout sur :
Comment trouver facilement des morceaux de ton niveau
Quel est ton style d'apprentissage
Comment développer ton interprétation

* Ton adresse mail ne sera jamais révélée à qui que ce soit. Tu recevras  gratuitement mes articles, vidéos et autres supports pour t'aider à t'améliorer au piano. Je suis seule à tenir ce blog et t'enverrai de temps en temps mes propositions commerciales pour m'aider à vivre de mon travail.